Préparer votre visite dans un centre auditif Audika

Temps de lecture: 5 minutes
Par
01/03/17

Si vous n'avez jamais consulté un audioprothésiste, les informations suivantes devraient vous être utiles. Que vous consultiez pour des troubles avérés de l'audition ou pour un simple bilan auditif, un minimum de préparation est souhaitable.

Pour vous aider du mieux possible, l'audioprothésiste aura besoin d'informations complètes et précises sur votre audition. Prenez le temps de réfléchir aux éléments suivants :
Pensez aux situations que vous trouvez particulièrement éprouvantes et difficiles
Notre questionnaire pourra vous mettre dans la bonne direction – vous le trouverez dans notre guide
Faites-vous accompagner. Il est toujours très utile de connaître la situation du point de vue d'un tiers

Lors de votre rendez-vous, l'audioprothésiste retracera avec vous votre historique auditif afin de comprendre les facteurs ayant pu altérer votre audition. Il voudra connaître vos besoins auditifs personnels.

Il procèdera à un examen de vos oreilles afin de déceler toute éventuelle obstruction ou autre problème visible.
Vous pourrez également passer un test auditif* afin d'identifier les types de sons que vous percevez. L'audioprothésiste passera en revue les résultats avec vous.

Si vous souffrez de troubles de l'audition, il pourra recommander le port d'aides auditives. Si vous optez pour des aides auditives, vous pourrez être amené à revenir pour des visites de suivi. Certaines personnes s'habituent instantanément à leurs nouveaux appareils. D'autres, peuvent avoir plus de mal à s'y faire.

 

 À propos de la perte auditive :

Il existe différents types de troubles de l'audition et différents degrés de gravité. Sans trop aller dans le détail, la perte auditive peut être causée par l'incapacité des sons à pénétrer l'oreille interne (surdité de transmission) ou l'incapacité du cerveau à recevoir les sons depuis l'oreille interne (surdité de perception).
La perte auditive peut être légère, modérée, grave ou profonde. Ce que nous appelons communément surdité est en réalité une déficience auditive profonde, lorsque la personne concernée est capable d'entendre les sons très forts.

 

 Quelques chiffres sur la perte auditive :

  Près d'une personne sur six dans le monde est actuellement atteinte de troubles auditifs (soit près de 1,1 milliard de personnes)
À l'âge de 65 ans, une personne sur trois souffre de troubles de l'audition
La perte auditive est le 3e problème de santé le plus courant chez les adultes
Les personnes atteintes de déficience auditive attendent en moyenne huit ans avant de consulter

 

 

Les acouphènes (sifflements ou chuintements dans les oreilles) sont assimilés à la perte auditive et l'accompagnent souvent.
Parce qu'entendre exige un tel effort chez les personnes souffrant de troubles de l'audition, elles ont tendance à s'isoler socialement. Cette situation peut entraîner une dépression et déclencher une démence précoce. Plus le degré de gravité augmente, plus le risque de démence s'accroît. Non seulement la déficience auditive isole les personnes concernées mais elle les coupe des affaires courantes et culturelles généralement diffusées par le biais de la télévision, de la radio, du théâtre, etc.

Comment aider ces personnes à se reconnecter, à recréer du lien ? 

Le type d'aide auditive dépendra du niveau de gravité de la perte auditive. En général, des appareils de petite taille suffisent aux pertes auditives légères. Mais le choix de l'aide auditive peut aussi dépendre de la taille et de la forme des oreilles, en particulier pour ce qui concerne les aides dites « invisibles ».
La déficience auditive peut ne toucher qu'une seule oreille. La plupart du temps cependant elle se produit dans les deux. Par souci d'économie, certaines personnes choisissent de n'appareiller qu'une seule oreille sur les deux. Nous déconseillons cette pratique car avec une seule oreille en activité, nous perdons de nombreuses habilités, notamment celle à déterminer la provenance des sons.
L'audition est unique à chaque individu, parce qu'entendre, c'est penser.

Les oreilles sont certes les organes qui recueillent les sons, mais c'est avec notre cerveau que nous entendons. Si les oreilles ne décèlent pas correctement les sons et ne les acheminent pas vers le cerveau, ce dernier aura du mal à travailler de manière optimale. Parce que le cerveau doit travailler plus dur pour donner du sens aux sons – en particulier pendant les conversations – la perte auditive fatigue les personnes qui en sont atteintes. Par ailleurs, l'effort supplémentaire devant être fourni rend la mémorisation des informations d'autant plus laborieuse.

Pour le dire simplement : entendre, c'est penser.

De la même manière que nous pensons tous différemment, nous entendons également différemment. Notre façon d'entendre nous est propre. C'est pourquoi les aides auditives doivent être adaptées à chacun.

La plupart des aides auditives possèdent des réglages différents selon les environnements. Si vous êtes appareillé, vous devrez changer de programme selon que vous serez dans un restaurant très fréquenté, écouterez de la musique ou serez en conversation téléphonique. Ces programmes doivent être paramétrés par l'audioprothésiste qui vous suit.
Si vous optez pour des aides auditives, vous pourrez être amené à revenir pour des visites de suivi. Certaines personnes s'habituent instantanément à leurs nouveaux appareils. D'autres, peuvent avoir plus de mal à s'y faire. S'il s'agit de votre première paire d'aides auditives, il pourra vous falloir plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour vous y habituer.