Perte d’audition : le dépistage précoce est important

Temps de lecture: 3 minutes
Par
22/01/19

La presbyacousie, perte d’audition naturelle liée au vieillissement, s’installe progressivement, sans que l’on s’en rende compte. Voilà pourquoi il est important d’effectuer un bilan auditif le plus tôt possible.

Un après-midi avec des amis, un concert endiablé, une soirée dans un resto à la mode… Tout ce qui fait la saveur de la vie est lié à votre santé auditive. Nous le savons maintenant, nous allons vivre plus longtemps, il faut donc veiller à sa santé, rester jeune dans sa tête et surveiller son audition. Pourtant, 10 % des Français rencontrent des difficultés auditives et 6 millions d’entre eux sont malentendants. Et seulement 480 000 déficients auditifs s’équipent chaque année. Pourquoi ? Parce que la plupart des personnes concernées attendent, parfois très longtemps, avant de s’en préoccuper… « En moyenne, il se passe 7 ans entre le début de la perte d’audition et le passage chez un spécialiste de l’audition, assure Gilles Daumas, audioprothésiste chez Audika depuis 25 ans. C’est un handicap, et comme pour tout handicap, il faut passer par une phase de deuil, plus ou moins longue. Mais plus on fait cette démarche tôt, plus il est facile de récupérer… Une prise en charge au bon moment permet de limiter les effets de la perte d’audition. La personne va très vite récupérer une finesse d’audition.»

Outre le bonheur de retrouver une bonne audition, la décision de porter des aides auditives procure de nombreux bénéfices. Ainsi, plusieurs publications scientifiques démontrent que l’appareillage freine le déclin cognitif qu’une perte auditive, même légère, peut engendrer. « C’est dire combien le dépistage précoce est important. De plus, la perte auditive non corrigée s’accroît avec le temps », assure Gilles Daumas.

La perte d’audition est un phénomène naturel lié au vieillissement. C’est la presbyacousie, conséquence de l’exposition répétée au bruit. Comme les yeux, l’oreille est un organe qui vit et qui évolue au fil du temps. C’est pourquoi, dès 50-55 ans, il est important, voire primordial, d’effectuer un bilan auditif, afin de mesurer une éventuelle perte auditive. « La difficulté avec la baisse d’audition, c’est que vous ne la ressentez pas obligatoirement car elle s’installe vraiment très progressivement », confie Gilles Daumas. Le dépistage permet de vérifier le seuil d’audition, la compréhension dans un milieu semi-bruyant et comprend un test d’optimisation sonore… « Dans un centre Audika, précise-t-il, nous réalisons tous ces tests, un bilan, et en plus, nous donnons une sensation sonore. Lorsque nous disons à un patient qu’il a une petite baisse d’audition, nous lui faisons entendre la différence. Nous corrigeons lors du rendez-vous pour lui faire ressentir ce que nous pourrions lui faire récupérer. Il entend à nouveau ce qu’il n’entendait plus. Et cela fait toute la différence. »

L’audioprothésiste pose des questions sur le mode de vie, la gêne auditive observée, l’historique de la personne. L’objectif est d’apprendre à mieux la connaître pour mieux comprendre son besoin. Pour que cette évaluation soit la plus complète, un test complémentaire avec des voix familières peut être réalisé. Il est donc conseillé de venir accompagné pour un bilan auditif !