Femme avec hallucination auditive regardant par une fenêtre

Comment savoir si on a des hallucinations auditives ?

Hallucinations auditives : quelles sont leurs caractéristiques ?

On distingue les hallucinations sensorielles (qui touchent l’un des cinq sens) des hallucinations psychiques, c’est-à-dire provoquées par un trouble psychique. 

Les hallucinations auditives sont caractérisées par le fait d’entendre des bruits qui n’ont aucune existence réelle. Elles sont décrites comme des événements psycho-sensoriels.

En effet, l’origine du bruit est située à l’extérieur ou à l’intérieur de la tête et touche aussi bien le sens de l’ouïe que la perception et l’interprétation d’un son inexistant. Soit qui n’a été émis ni par une source extérieure, ni par une personne située à proximité de l’individu.

Cette perception comprend le fait d’entendre des bruits (sons ou musique) ou des voix. On parle alors d’hallucinations verbales

Le degré d’intensité de cette affection varie d’un individu à un autre. Certaines personnes ont l’impression de converser avec une voix qui émane d’eux, d’autres d’entendre des sons ou un bruit distinct.

Ce phénomène touche 5 à 15% de la population et n’est pas toujours lié à une quelconque pathologie. Il s’agit alors souvent d’un monologue intérieur, d’encouragements ou d’interjections envers soi-même. 

 

 

Quelles sont les causes d'hallucinations auditives ? 

Les hallucinations auditives apparaissent généralement suite à :

  • une lésion cérébrale ou une maladie neurologique ;
  • une démence (maladie d'Alzheimer) ou maladie neuro-dégénérative (maladie de Parkinson) ;
  • une maladie psychiatrique (bouffée délirante aiguë, schizophrénie). La présence d’ hallucinations auditives nécessite de procéder à un examen psychiatrique, si aucune cause organique n’est mise en cause. De plus, généralement perçues comme des injonctions (notamment dans le cadre d’hallucinations verbales), elles peuvent entraîner des réactions imprévisibles, chez les patients psychotiques (isolement social, passage à l’acte suicidaire), sans prise en charge ;
  • la consommation d’alcool ;
  • certains traitements médicamenteux ;
  • une perte d’audition progressive ;
  • des maladies infectieuses (syphilis) ou chronique (insuffisance rénale ou hépatique) ;
  • des migraines.

 

Autres cas particuliers

Dans certains cas de figure, un événement choquant ou traumatisant (deuil, agression, séparation) entraîne des hallucinations auditives passagères. 

Hallucination auditive ou acouphène ?

Il convient de différencier hallucinations auditives et acouphènes.

Les acouphènes sont des bruits réels perçus dans un environnement silencieux, qui apparaissent suite à un dysfonctionnement auditif. Elles sont généralement décrites comme des bruits parasites, comparables à des bourdonnements, sifflements ou vrombissements.

Pour plus de clarté, on peut citer les différentes causes d'apparition d’acouphènes. Leur survenue est principalement due à : 

  • la présence d’un bouchon de cérumen ;
  • un traumatisme auditif : bruit trop aigu ou trop sourd à proximité, environnement bruyant ;
  • une maladie ORL : otite, maladie de Ménière ;
  • l’âge avancé : le vieillissement entraîne une dégénérescence cellulaire qui altère le capital auditif ;
  • l’hypersensibilité au bruit : hyperacousie

 

Si vous ressentez l'apparition d'acouphènes ou d'autres symptômes listés ci-dessus, vous pouvez consulter notre guide sur l'audition afin d'en apprendre davantage.

Télécharger le guide Audika

 

Perçues par les seules personnes qui en souffrent, les hallucinations auditives sont difficiles à diagnostiquer. Cependant, elles ont souvent des conséquences désastreuses sur les malades. Ces bruits intempestifs se révèlent rapidement être un véritable handicap au quotidien. Il ne faut donc pas négliger leur prise en charge.  

 
Audioprothésiste donnant des explications à un patient sur les hallucinations auditives

Distinguer hallucination auditive et acouphène ?

Tout comme les hallucinations auditives, les acouphènes créent la sensation de percevoir un bruit chez les personnes qui sont touchées. Les deux processus engendrent une gêne considérable au quotidien et envahissent la vie des patients.

Ils troublent généralement le sommeil, la concentration et perturbent la vie quotidienne.

Les hallucinations auditives et les acouphènes sont entendus même quand aucun bruit extérieur n’est présent. Ces bruits se produisent sans qu’une sollicitation de l’oreille, organe de l’ouïe, soit nécessaire. 

Si vous avez la sensation d'avoir des acouphènes, Audika vous offre la possibilité de faire un bilan auditif (gratuit et non médical) afin de faire le point sur votre audition.

Prendre rendez-vous

 

 

Pour aller plus loin

5 à 15 % de la population est touchée par ce phénomène courant, selon le psychiatre Renaud Jardri (CHRU de Lille). Le spécialiste précise, en outre, que ce symptôme n’est pas toujours lié à une pathologie.

Comment prendre en charge les hallucinations auditives ?

Il convient de consulter un médecin généraliste, afin de déterminer si la cause d’apparition des hallucinations auditives est liée à une maladie, un traumatisme cérébral, une maladie neurologique ou une pathologie psychiatrique.

Selon l’étiologie de la maladie, le médecin prescrira une consultation spécialisée (neurologique, psychiatrique, ORL, ou autre médecin spécialiste).

En cas de pathologie psychiatrique, le patient doit être dirigé vers un psychiatre. Un suivi psychiatrique est alors mis en place.

Le psychiatre prescrit généralement un traitement neuroleptique, ainsi que des anxiolytiques si le patient présente un terrain anxieux. Une psychothérapie ou psychanalyse peut s’avérer nécessaire et être prescrite parallèlement. 

Si les hallucinations font suite à une déficience auditive, le médecin spécialiste prescrit un appareillage auditif, quand cela s’avère nécessaire.

Rappelons ici, que dans certains cas de figure, les acouphènes peuvent être réduits suite à la mise en place d’un appareil auditif.

Que vous souffriez d’acouphènes ou d’hallucinations auditives, consulter un ORL est impératif, ne serait-ce que pour parvenir à un diagnostic et afin qu’un traitement adapté soit mis en place.